6 minutes de lecture

Beaucoup de femmes ne sont pas à l’aise quand il s’agit d’aller à la piscine avec un tampon pendant leurs règles. Alors qu’en réalité, aller à la piscine quand on a ses règles, c’est vraiment cool.

Déjà, c’est loin d’être tabou et encore moins dégueu et en plus ça soulage les douleurs liées à votre cycle menstruel (bon à savoir, non ?). Eh oui, car être dans l’eau est un excellent moyen de se détendre et de relâcher les tensions.

En période de règles, on kiffe ! Alors, on met son plus beau maillot, un tampon et on se jette dans le grand bain !

Pour les plus jeunes, si vous n’êtes pas trop à l’aise pour une baignade en cours de natation, parlez-en à votre professeur de sport. On ne le dira jamais assez, la communication avant tout.

1.On fait couler quelques idées reçues

2.Aller à la piscine : oui, mais avec un tampon ?

3.Faire du sport c’est possible, mais est-ce que c’est bon quand on a nos règles ?

On fait couler quelques idées reçues

Alors non, se baigner dans l’Océan quand on a ses règles n’attire pas (du tout) les requins. Nous n’avons d’ailleurs trouvé aucune statistique mentionnant qu’être une femme était plus risqué pour se baigner (heureusement). C’est une des multiples idées reçues qu’ont les gens sur le fait d’aller se baigner quand on a des pertes menstruelles. Ces mythes que l’on peut entendre lorsque nous sommes enfants… sont coriaces ! Chez Gina, on dit “stop” aux préjugés #cestnon, il est temps de vous dévoiler toute la vérité !

Le #factchecking sur les règles à la piscine, c’est maintenant !

  • Non, les règles ne s’arrêtent pas comme par magie à l’instant où vous rentrez dans l’eau – on l’avoue, on aimerait bien que ce soit le cas -. Alors oui, vous perdez moins de sang, mais c’est tout simplement car l’eau va exercer une pression. Pour plus d’informations à ce sujet, consultez Archimède (c’est pas le lieu pour faire un cours de physique, même si c’est passionnant). Une fois ressortie de l’eau, vos pertes redeviendront normales (magie). 
  • Non, vous ne serez pas suivie par une coulée rouge dans l’eau. Si vous choisissez la bonne protection, adaptée à votre flux, il n’y a aucune raison qu’on vous suive à la trace. 
  • Non, on ne met pas de serviette hygiénique pour aller dans l’eau. Ça absorbe trop d’eau, c’est pas hygiénique du tout ! En plus, une fois imbibée d’eau elle n’absorbe plus le sang. Alors on les garde pour avant ou après, mais surtout pas pendant qu’on est dans l’eau. 
  • Oui, aller dans l’eau (et faire un peu d’exercice en général) peut soulager vos crampes menstruelles et soulage vos lombaires. Et on va pas s’en priver ! 

Alors, les filles, si vous voulez aller dans l’eau, choisissez simplement la bonne protection et mettez votre plus beau maillot de bain ! Pas besoin de craindre les fuites, piscine et cycle menstruel ne sont pas incompatibles.

Aller à la piscine : oui, mais avec un tampon ?

Comme on a dit, on bannit les serviettes hygiéniques qui, pour le coup, ne le sont pas (du tout) une fois dans l’eau (en plus niveau discrétion on fait mieux). On opte plutôt pour des tampons (bios, c’est encore mieux pour vous et la planète et pour sa santé) qu’on met juste avant de sauter dans l’eau. On vous a trouvé le lieu parfait : dans un des toilettes du vestiaire. Même si on va dans l’eau après, no excuse, on se lave les mains avant et après avoir enfilé un tampon ! En plus, le tampon c’est discret (si on ne laisse pas sa ficelle dépasser). Et, dès qu’on sort de l’eau on le change et HOP ! 

tampons-regles-piscine
@spmtamere

Si c’est la première fois que vous mettez un tampon, pourquoi ne pas essayer avant à la maison ? D’ailleurs, si on vous faisait un petit tuto pour vous aider à le mettre ce tampon

  1. On se lave les mains et on respire un bon coup ! 
  2. On trouve une position confortable qui nous permettra de bien insérer le tampon. Ça peut être debout, assise, ou avec un pied surélevé. Le tout est que vous soyez bien installée.
  3. On prend le temps de bien localiser le vagin (on ne voudrait pas faire de son tampon un suppositoire). Il se trouve entre l’urètre (là où sort l’urine), et l’anus. N’hésitez pas à regarder la notice d’utilisation de votre boîte de tampons, il y a souvent un schéma pour vous aider à les situer. Et s’il faut, on se place devant un miroir, c’est plus facile que d’y aller à l’aveugle. 
  4. On enlève le tampon de son emballage. Et, si par malheur (horreur) on le fait tomber, on en prend un nouveau. Parce que non, la règle des 3 secondes ne s’applique pas pour les protections hygiéniques ! Si vous avez choisi de mettre un tampon avec applicateur (plutôt pas mal pour les premières applications), on pense à le déplier. 
  5. C’est le moment d’introduire l’applicateur avec le tampon à l’intérieur du vagin (ou le tampon seul, selon vos préférences). On fait quand même hyper attention à ce que la ficelle soit à l’extérieur, sinon ça va poser problème pour le retirer… Si vous n’arrivez pas à l’introduire du premier coup, pas de panique ! Il suffit de réessayer plus tard dans une autre position. Et oui, il faut parfois de l’entraînement. Mais promis, vous deviendrez une vraie championne ! 
  6. Vous avez enfin trouvé le bon angle pour introduire votre tampon ? Déjà, bravo : on sait que ce n’est pas facile de trouver sa position fétiche ! Il est temps de pousser la partie vide de l’applicateur. Ça va permettre de pousser le tampon jusqu’au fond du vagin. On enlève ensuite l’applicateur et on le jette. Si vous avez opté pour le tampon sans applicateur, veuillez ne pas prendre en compte cette consigne. 
  7. Vous voilà bien protégée pour votre séance à la piscine ! Et, n’oubliez pas de vous laver les mains (l’hygiène avant tout). 

Et côté tampons usagers ? Après votre séance de natation à la piscine, on conseille plutôt de changer de tampon juste après être sortie de l’eau (ou de remettre une serviette, au choix). Dans la cabine, on n’oublie donc pas de bien l’emballer dans un petit papier (ou son emballage d’origine) et de le jeter à la poubelle ! Surtout pas dans la cuvette des toilettes. On pense à la planète (<3) !

On peut garder un tampon entre 3 à 6 heures. A priori, même pour une compétition en eau libre, ça devrait le faire ! Fun fact pour frimer dans le grand bassin de la piscine : en 2017, la Française Aurélie Muller a décroché la médaille d’or des championnats du monde de nage en eau libre catégorie femme (10 Km) en 2 heures, 13 secondes, et 7 dixièmes. #CHAMPIONNE.

Vous vous rendez compte que vous avez vos règles PENDANT que vous êtes dans les vestiaires ? Pas de problème. Le bon réflexe est de toujours avoir une protection menstruelle sur soi. Et en cas de besoin, on demande à sa pote, son prof d’EPS, ou même à une ou un maître nageur… il y aura toujours quelqu’un pour vous dépanner d’un tampon ! Les règles c’est 100 % naturel, alors aucun tabou à demander une protection quand on en a besoin.

Faire du sport c’est possible, mais est-ce que c’est bon quand on a nos règles ?

De base, faire du sport c’est toujours (très) bon pour votre santé (et pour le moral). Peu de risques donc, si on n’en abuse pas ! C’est tout aussi vrai quand vous avez vos règles.

Faire du sport, et même aller à la piscine, quand vous avez vos règles permet de soulager des douleurs liées à votre cycle. Dès qu’on dépasse les 30 minutes d’activité, déjà on devient rouge écrevisse (on ne va pas se mentir), mais surtout notre corps libère de l’endorphine (comme quand on mange du chocolat hummm). En gros, les endorphines sécrétées par notre corps font le même travail que des antidouleurs (100 % naturels en plus !). Bye-bye les douleurs menstruelles, après une bonne séance de sport (vous pouvez opter pour des sports plus doux comme le yoga ou le pilate !) vous êtes dé-ten-due. 

Vous pouvez faire les activités que vous voulez tant que vous vous sentez bien. Le plus important est d’écouter votre corps. On fait donc surtout attention lorsqu’on a des flux abondants, histoire de ne pas faire d’anémie (carence en fer). Et si vous avez le moindre doute à signaler, un petit rendez-vous chez votre médecin n’est jamais une mauvaise idée (jamais). Il pourra vous apporter une réponse sur les sports à favoriser pendant vos règles.