6 minutes de lecture

Les règles marquent le début d’un nouveau cycle menstruel. Les symptômes des règles, ça peut paraître un peu évident, et pourtant on se pose tout le temps plein (vraiment plein) de questions à ce moment. Okay les saignements sont là, mais ce mal de ventre, et cette petite fatigue… c’est les règles aussi ?

Pas toujours évident de se retrouver parmi tous les signaux que nous envoient nos corps. Surtout que chaque personne est différente, et que chacune peut réagir différemment. Une même personne peut même ressentir des symptômes qui varient d’un cycle à l’autre (eh oui) ! La source de tout ça ? La chute d’œstrogène et de progestérone est au banc des accusés. C’est elle qui déclenche les saignements. Pour préparer ce moment, lors de son arrivée, les symptômes des règles toquent à notre porte. Coucou, c’est nous ! On fait le point ?

Les symptômes des règles, ça saigne, mais encore ?

Il faut déjà comprendre les règles – la base, ça. On s’explique. Les règles, c’est le signe qu’il n’y a pas eu de fécondation et de nidation. En gros, pas d’œuf installé dans l’endomètre ( = la paroi à l’intérieur de l’utérus) que le corps a pris le temps de préparer pendant le cycle. Alors au début d’un nouveau cycle, c’est liquidation totale ! On fait le ménage avec une chute du taux d’œstrogène et de progestérone. Ces hormones font la pluie et le beau temps dans notre corps et notre humeur, comme quasi toutes les hormones en fait. L’endocrinologie, la médecine qui s’intéressent à la sécrétion des hormones, c’est un monde passionnant. 

Donc quand les œstrogènes et la progestérone baissent, l’endomètre quitte le corps en passant par le vagin. C’est là qu’on voit les saignements. À ce moment, vous utilisez une serviette hygiénique ou un tampon (on les préfère bio), c’est vous qui voyez !

Les saignements sont donc les principaux symptômes des règles. Ils démarrent souvent avec un spotting (=petites pertes), pour s’intensifier le deuxième jour puis diminuer à nouveau. La durée des règles dépend de chacun•e et plusieurs facteurs peuvent l’influencer. Entre l’usage d’une contraception, ou juste parce qu’on fonctionne comme ça, chacune ses règles !

Les saignements sont parfois accompagnés d’une dysménorrhée (on l’aime pas). Ce sont les douleurs de règles : 

  • crampes,
  • coliques,
  • maux de ventre,
  • douleurs musculaires et dans le bas du dos,
  • nausées,
  • maux de tête,
  • fatigue générale,
  • sensibilité au niveau des seins, 
  • ballonnement,
  • rétention d’eau…

Le corps donne tout ! (#mercimaisnonmerci) 

Être un peu fatiguée est tout à fait normal pendant ses règles. Ça demande beaucoup d’énergie de démarrer un nouveau cycle !

Surtout, ça nous arrive à toutes. Et si vous avez soudainement des douleurs de règles ce mois-ci, ce n’est pas une fatalité non plus. Nous évoluons toutes, et beaucoup de choses dans la vie peuvent influencer directement comment on vit son cycle et ses règles. Si ce sont vos premières règles, ou que vous avez un doute, parlez-en à une pote, une cousine, ou qui vous voulez ! Selon son âge, ses habitudes de vie, on connaît toutes ça et c’est bien d’en parler.

En cas de vrai doute ou de symptômes qui deviennent contraignants pour mener une vie normale, on n’hésite surtout pas à passer un coup de fil à son médecin. Une visite de contrôle chez le généraliste ou le gynécologue est toujours bonne à prendre ! Au passage, saviez-vous que vous pouvez faire aussi votre suivi médical gynéco chez une sage-femme en ville ?

Le syndrome prémenstruel, c’est différent ?

Oui. Même si ça y ressemble beaucoup. Le SPM ou syndrome prémenstruel, c’est un peu une alarme de rappel pour vous prévenir que vos règles arrivent. Seulement il arrive que le SPM ait plusieurs jours ou semaines d’avance. On sait, #cestnul. 

Comment on le reconnaît ? 

  • douleurs ou sensibilité des seins,
  • maux de tête,
  • fringales (“Rangez ce pot de glace que je ne saurais voir”. Molière),
  • douleurs musculaires,
  • acné,
  • changement dans sa libido,
  • troubles gastriques…

Et comme si ça ne suffisait pas, le SPM peut aussi rendre jouer sur notre humeur. Entre irritabilité et anxiété, on n’est pas gâtées. Cet accès de colère, c’est peut-être bien le syndrome prémenstruel. Certaines conseillent même d’éviter de prendre grosses décisions quand elles se savent en SPM. En revanche, c’est pas parce qu’on est un peu plus irritée qu’il ne faut pas s’écouter et prendre en compte ce qu’on a à dire !

Le SPM, c’est pas marrant. Déjà que l’on est fatiguée avant les règles, pas toujours au top de son moral… en plus il faut enchaîner sur les règles ! Youhou… #slowclap

Astuce : Notez les jours où vous subissez des symptômes qui pourraient s’apparenter à du SPM. Au fur et à mesure, vous connaîtrez de mieux en mieux votre corps. Bien vivre son cycle, c’est aussi faire connaissance avec lui ! Savoir à quoi s’attendre, c’est une super façon d’être moins anxieuse si on ressent une douleur ou une gêne. Une tension dans les seins ! Ah, c’est le SPM, ça va !

Parlons un peu plus des règles douloureuses

Même si on préfère ne pas avoir à aborder le sujet, c’est important de parler des douleurs de règles. On les rencontre forcément à un moment ou à un autre. 

Les douleurs de règles (dysménorrhées) accompagnent le début du cycle, mais pas tout le temps (la chance). Certaines personnes n’ont aucune gêne, d’autres sont obligées de se reposer ou d’arrêter le sport pendant les quelques jours des règles. Malheureusement, on n’est pas toutes égales face aux menstruations ! 

Parmi les symptômes les plus fréquents, les douleurs musculaires et les crampes abdominales sont très embêtantes. Il y a parfois des maux de tête et une fatigue globale en bonus. Selon l’intensité des douleurs, on peut compter sur quelques jours de repos et tout se passera bien ! Ce ne sont que quelques jours dans l’année, et un bon prétexte pour lâcher prise.

En cas de fatigue intense et répétée, de malaises ou de douleurs fortes, parlez-en à votre médecin. Un check-up pourra déterminer si vous souffrez d’une anémie (carence en fer courante pendant les règles) ou si quelque chose d’autre se trame. Surtout, pas de panique ! Les règles douloureuses peuvent arriver à tout le monde. Le médecin peut être là pour lever les doutes, ou tout simplement vous donner des conseils pour mieux vivre votre cycle. Ça reste important d’en parler, et de ne pas hésiter à poser des questions à un professionnel de santé. Des problèmes plus graves comme l’endométriose peuvent être l’origine des douleurs de règles. Plus tôt on diagnostique, mieux c’est !

Il est aussi fréquent que la contraception choisie influence les règles. Relisez la notice du médicament, ça pourrait vous éclairer ! Ça arrive aussi que la contraception ne convienne pas si bien, ou qu’une autre puisse vous aider à mieux vivre la période des règles.

Soulager ses règles douloureuses

Les règles douloureuses, quand ça nous arrive, au moins on sait qu’il y a une fin. Après les règles, c’est fini ! En attendant, il faut bien faire avec et on vous partage quelques méthodes pour soulager les douleurs (yesss). 

La première chose à faire, pas facile on sait, c’est de se détendre. Se relaxer permet naturellement de détendre ses muscles et ça peut directement atténuer les douleurs abdominales. Dans tous les cas, ça fait du bien, alors pourquoi s’en passer ? Pour détendre les muscles, il y a plusieurs solutions. 

Le sport détend ! En cas de fatigue, on peut opter pour une petite séance de piscine douce, du yoga ou bien une marche en plein air. La chaleur aide aussi. Une bouillotte ou un peu de baume chauffant (comme le baume du tigre) permet de détendre les muscles. Sur le ventre, on en ressent tout de suite les effets relaxants. Les muscles utérins relâchent un peu la tension et c’est toujours ça de pris pour soulager ses douleurs de règles ! Dans la catégorie des remèdes de grand-mère pour soulager les règles douloureuses, mention spéciale aux infusions (<3).

L’achillée millefeuille, la camomille allemande et le gingembre sont dans notre top 3 ! Et puis, on n’en parle pas tant, mais l’orgasme c’est peut-être bien le summum pour se détendre. Pour faire l’amour pendant ses règles pour celles qui en ont envie, ou en passant par la masturbation, à vous de voir !

Côté médecine traditionnelle, on recommande généralement le paracétamol, mais en respectant toujours la dose maximale par jour. Parlez-en à votre médecin, ou demandez conseil en pharmacie !

Pour lire notre article dédié aux méthodes pour soulager les règles douloureuses, c’est par ici

Les règles douloureuses ont plusieurs causes possibles. Ce sont des symptômes courants à ce moment du cycle. En cas de persistance gênante, un rendez-vous chez le médecin pour un bilan santé est la première chose à faire. Il pourra prescrire un traitement si cela est nécessaire. Les règles, on résume souvent ça aux saignements, mais les mouvements hormonaux dans notre corps ont d’autres conséquences. Entre fatigue et crampes, c’est pas toujours très agréable ! Continuons d’en parler entre potes, membres de la famille, qui vous voulez !. Mieux vivre ses règles ça passe par le fait de bien les comprendre. Pour en apprendre encore plus sur le cycle menstruel, lisez l’article Gina avec Tiffany sur comment équilibrer son cycle menstruel grâce à la nutrition !