5 minutes de lecture

Manquer des jours de cours à cause de ses règles, avoir du mal à se concentrer à la fac ou  au bureau… ce n’est pas si rare ! Les douleurs qui surviennent pendant la période des règles sont temporaires (ouf !), mais on s’en passerait sans problèmes !

Chez certaines femmes, elles peuvent même gâcher le quotidien. On est obligées d’adapter son emploi du temps, et parfois même de faire quelques sacrifices… tout en faisant semblant que tout va bien ! Celle qui n’a jamais été contrariée qu’un évènement important tombe au moment de ses règles, nous jette la première pierre.

Chez Gina, on dit “non”. Les règles, on peut en parler, et surtout, on trouve ça important de continuer à informer toutes les femmes  : des jeunes filles jusqu’aux plus âgées. Les règles douloureuses et comment les soulager, c’est maintenant !

Quels sont les symptômes des règles douloureuses ?

Entre deux jours et une semaine avant les règles, elles s’annoncent déjà, avec le syndrôme prémenstruel. On commence à se sentir patraque, les jambes parfois lourdes, des maux de tête et une humeur un peu… sensible  ? Cerise sur le gâteau, une poussée d’acné qui a même donné naissance à des tutos de maquillage sur Youtube pour les “PM face” comme disent les Américaines. Toutes les femmes ne sont pas sujettes au syndrome prémenstruel, et même si les symptômes qui accompagnent les dysménorrhées (on y vient) peuvent s’y apparenter, ce n’est pas la même chose !

Des crampes et des contractions

… Et des contrariétés ! Les premiers jours de règles, on souffre de contractions dans le bas-ventre. Elles sont causées par une trop grande concentration de prostaglandines (prostawhat ?) dans le corps à ce moment. Un mot très pratique lors d’une pratique de scrabble, mais que l’on aurait aimé ne pas connaître !

Ces contractions s’accompagnent de crampes dans le corps, souvent les jambes, les cuisses. Et puisque le corps est généreux, il aime bien ajouter une pincée de maux de tête, de nausées, ou même de diarrhées. C’est du pur bonheur. (Non.)

Selon la femme, tous les symptômes ne sont pas forcément présents, et pas toujours à la même intensité. À l’adolescence et pour les premiers cycles, on parle de dysménorrhée primaire. Vers la trentaine, on parlera plutôt de dysménorrhée secondaire.

On résume donc. 

Les symptômes courants lors des règles douloureuses sont : 

  • douleurs (contractions) dans le bas-ventre,
  • crampes dans les membres inférieurs,
  • maux de tête,
  • diarrhées,
  • nausées,
  • vomissements, 
  • vertiges,
  • fatigue.

Toute cette activité, c’est beaucoup pour un seul corps. On peut être particulièrement fatiguée à cette période, et c’est normal ! Certaines femmes, qui finissent par bien se connaître, ont même tendance à essayer d’arranger leurs agendas pour limiter les rendez-vous trop importants, ou les prises de décisions, pendant la période des règles. Parce que quand on est fatiguée, parfois on ne fait pas les meilleurs choix ! C’est un peu comme faire les courses pendant que l’on a faim… Tiens, et si je prenais ça, ça, ça,.. et ça  ? #toimêmetusais

A noter : Ces symptômes peuvent être aussi dans certains cas rares les symptômes du Syndrome du Choc Toxique. Vérifiez toujours auprès de votre médecin. Mieux vaut s’inquiéter pour rien… que de morfler pour que dalle.

L’endométriose, c’est quoi ? Et surtout, comment savoir si j’en souffre ?

Il n’est plus possible d’évoquer le sujet des douleurs de règles sans parler d’endométriose. Ce mot vous paraît nouveau ? C’est justement ça qui nous embête ! L’endométriose est une maladie dont on ne parle pas assez, même s’il faut l’admettre, il y a eu des progrès ces dernières années. Le principal symptôme : la douleur.

L’endométriose, c’est une maladie qui peut avoir plusieurs visages. Chaque femme la vit différemment. On va tenter de vous l’expliquer simplement, mais c’est vraiment une introduction. L’endométriose reste une maladie que l’on continue d’étudier, et pour laquelle (on l’espère) de nouveaux traitements, et de plus en plus efficaces, seront trouvés ! 

Pendant le cycle menstruel, l’endomètre s’épaissit avec l’augmentation d’œstrogènes dans le corps de la femme. L’endomètre – décidément, chez Gina on vous prépare au championnat de France de scrabble – c’est le tissu qui couvre l’intérieur de l’utérus. Au moment des règles, et lorsqu’il n’y a pas de fécondation, l’endomètre est évacué par le vagin sous la forme de saignements. Ce sont les règles ! 

Une femme qui souffre d’endométriose a des cellules de son endomètre qui migrent littéralement dans le corps. Elles passent par les trompes, et on les trouve au niveau de l’appareil génital, du système urinaire, parfois au niveau du système digestif. Ce sont littéralement de petites colonies de cellules qui s’installent. Vraiment rarement, elles se posent du côté des systèmes pulmonaires.

Selon Endofrance, l’association française de lutte contre l’endométriose, la maladie touche 1 personne sur 10. Et toutes les femmes peuvent être concernées. Il n’y a pas de profil particulier.

soulager-regles-douloureuses-vagipedia
@bloodygoodperiod

Douleurs de règles : quand consulter ?

Avoir des règles douloureuses n’est pas forcément anormal.

La douleur est le symptôme que l’on retrouve le plus dans les cas d’endométriose. Vous pouvez avoir mal au ventre, mais aussi des rapports sexuels douloureux, mal au dos… Le diagnostic n’est pas évident. Si c’était simple… ça se saurait !

Mais même si l’endométriose a été mise de côté, des douleurs de règles trop intenses ne sont pas anodines. Il est possible qu’un examen médical détecte un fibrome, un kyste… mais on ne s’alarme pas pour rien ! #ondemandeaudocteur

Alors comment savoir si votre douleur doit vous alerter ? Déjà, le mal aura du mal à passer. Il dure bien plus longtemps que les 2 premiers jours de règles. Le paracétamol s’avère insuffisant et les douleurs finissent par devenir invalidantes (pas cool, Raoul). Les douleurs sont telles, que vous ne pouvez pas aller travailler, aller en cours, ou simplement voir vos ami•e•s. Au moindre doute, une consultation chez votre médecin ou votre gynécologue n’est jamais de trop ! Parlez lui de vos douleurs, et indiquez que vous soupçonnez une endométriose.

D’ailleurs, saviez-vous que vous pouvez faire votre suivi médical gynécologique avec une sage-femme (#protip) ? Si vous avez du mal à avoir un rendez-vous chez un gynécologue, c’est toujours une info utile… à diffuser aux copines !

Quels sont les remèdes pour soulager les règles douloureuses ?

On se détend ! Et on écoute les conseils de grand-mère…

Les remèdes de grands-mères

Oui, c’est vrai, quand quelqu’un vous dit de vous détendre, souvent, l’inverse produit. Et pourtant… ça marche ! Un bain chaud, une bouillotte sur le ventre, un plaid pour le moral… en détendant les muscles, on réussit assez efficacement à soulager les contractions si douloureuses.

Les médecins préconisent le paracétamol pour faire passer les douleurs. Si l’intensité est trop forte, des médecins prescrivent des anti-inflammatoire. Mais on n’oublie pas que l’anti-inflammatoire (exemple : ibuprofene) est un type de médicament qui rend plus sensible au virus Covid-19. Alors en ce moment, on évite ! 

D’ailleurs, on espère pouvoir rapidement mettre à jour cet article. D’ailleurs… #onselavelesmains ! Cela n’a pas d’intérêt pour soulager directement vos douleurs de règles, mais on voulait vous le dire.

Merci aux huiles essentielles

Oui, il existe des solutions naturelles non médicamenteuses… les huiles essentielles qui soulagent les règles douloureuses. Des petits massages avec des huiles essentielles (bio, de préférence) favorisent la relaxation. Coup de cœur pour l’huile essentielle d’ylang-ylang… elle sent si bon ! Mais on n’en abuse pas, car l’aromathérapie peut être puissante et avoir aussi ses effets indésirables. Suivez bien les indications, et en cas de doute, demandez conseil au pharmacien, au médecin… bref, à un professionnel !