6 minutes de lecture

Pas toujours inquiétantes, mais souvent (très) gênantes, les règles douloureuses touchent plus de la moitié des femmes. C’est normal de souffrir de dysménorrhée primaire : d’avoir des règles douloureuses à la fin de l’adolescence et pendant la vingtaine. On vous rassure, les douleurs ont tendance à s’estomper avec l’âge (youpi !).

Mais, si vos règles douloureuses vous handicapent vraiment dans votre vie quotidienne, une petite consultation n’est pas de refus (ou bien parlez en à votre médecin). Ça peut être le signe d’un dysfonctionnement, comme l’endométriose.

Qu’est-ce qu’on entend par règles douloureuses ?

Fatigue, maux de tête, diarrhée, nausée, douleurs dans la zone abdominale et dans le bas du dos ? Ce sont les symptômes que vous pouvez rencontrer lors de votre syndrome menstruel, à ne pas confondre avec le syndrôme prémenstruel (c’est pas mieux).

Le SPM, vous le connaissez bien, c’est cet ensemble de symptômes, propres à chacune, qui surviennent avant vos règles. Il y en a des physiques : les ballonnements, la fatigue, l’acné ou encore les petites (grosses) faim. Quoi, la tablette de chocolat était entière ce matin ? Et des psychiques : on change d’humeur, on est irritable ou on a le moral flingué. 

Pourquoi souffre-t-on autant avec la dysménorrhée ? Parce que votre utérus se contracte pour évacuer le sang et les muqueuses (douloureux mais utile !). Ces douleurs sont donc normales les premiers jours de votre cycle notamment à l’adolescence et durant la vingtaine.

Ok, mais si ça continue ? À l’âge adulte, ce type de douleurs est souvent signe de ce qu’on appelle la dysménorrhée secondaire (promis, on en a bientôt fini avec les termes compliqués). Dans ce cas, il est possible que ce soit causé par une infection génitale chronique, des troubles ovariens ou encore une endométriose.

regles-douloureuses-huiles-essentielles

On ne panique pas, c’est tout de même assez rare et on peut être touchée à des degrés différents. Chacune vit ses règleset ses symptômes – différemment, ces fortes douleurs peuvent faire partie de votre cycle. En bref, on vous conseille d’aller voir un médecin qui vous aidera à comprendre d’où ça vient. 

L’endométriose, c’est quoi déjà ?

C’est vrai qu’on en entend un peu plus parler depuis quelques années. Mais sûrement toujours pas assez ! L’endométriose touche la muqueuse qui tapisse notre vagin (= l’endomètre). Ce tissu utérin va, dans ce cas-là, non pas rester dans notre utérus mais remonter en direction des trompes. Elle peut provoquer des lésions et kystes ovariens. C’est une maladie qui touche 1 femme sur 10. Et, même si l’on a pas encore trouvé de traitement pour la soigner définitivement, la dépister au plus tôt permet un meilleur suivi (et que la maladie n’évolue pas). 

Les symptômes de cette maladie ? De fortes douleurs pendant votre cycle menstruel, bien plus fortes au moment de l’ovulation ou de vos règles,  qui ne peuvent pas être calmées par du paracétamol. Pour certaines ça se traduit aussi par des douleurs pendant les rapports sexuels et quand elles urinent (un peu dérangeant tout ça).  Alors, si certains de ces symptômes apparaissent, rendez-vous chez le docteur ! Même si ça n’a rien à voir avec l’endométriose, vous en saurez un peu plus sur ces douleurs et trouveraient peut-être (on l’espère) une solution pour être soulagée. 

Les huiles essentielles pour vous soulager

Se poser sur le canap’, sous un plaid avec une bouillotte : un incontournable pendant les règles douloureuses. Alors oui, c’est cocooning, mais des fois pas assez efficace. Et surtout, on aimerait bien pouvoir bouger pendant cette période. 

Et si vous vous tourniez vers les huiles essentielles ? Elles ont des vertus antispasmodiques et anti-inflammatoires. C’est donc une solution naturelle (on les choisit bio, de préférence) de choix pour vos règles douloureuses ! On dit donc “bye-bye” au paracétamol et bonjour l’aromathérapie. 

Comment les utiliser ? C’est simple, on les utilise en application cutanée en se massant avec là où on a mal. On peut aussi en diluer quelques gouttes dans l’eau bien chaude du bain ou dans un diffuseur pour un me-time bien mérité !

Suivez bien les recommandations indiquées. Si vous craignez d’en mettre trop, mélangez l’huile avec quelques gouttes d’huile végétale. On a testé pour vous l’huile de coco (désodorisée) et c’est top. Douleurs soulagées, peau hydratée et nourrie… on adore !


Des idées d’huiles essentielles à utiliser

Les huiles essentielles ont plusieurs vertus qui peuvent vous soulager durant vos règles (et on ne dit pas non). Souvent utilisées pour leurs propriétés antispasmodiques, elles vont détendre vos muscles (et vous en même temps). Beaucoup vont aussi vous aider à vous détendre et à relâcher les tensions : fini le stress, il est temps de prendre soin de vous. On vous a concocté une sélection d’huiles essentielles à utiliser pour dire bye-bye à ces douleurs qui vous gâchent la vie !

L’huile essentielle de sauge sclarée

Souvent préconisée pour ses bienfaits antispasmodiques, elle stimule votre production d’œstrogènes. De quoi venir à bout de ces crampes qu’on déteste (beaucoup), mais aussi vous aider à réguler votre cycle.

Attention, car, en stimulant votre production d’œstrogènes, l’accès des spermatozoïdes jusqu’à l’ovule peut être facilité. En gros, cela augmente vos chances de tomber enceinte.

L’huile essentielle d’estragon

Elle aussi antispasmodique, elle soulage efficacement les dysménorrhées, ces douleurs qui arrivent toujours au mauvais moment. Il est préférable de ne l’utiliser qu’en voie cutanée, en massage quoi. Suivez bien les doses prescrites, c’est naturel, mais il ne faut pas en abuser !

L’huile essentielle d’ylang-ylang

Elle a un nom étrange, mais n’en reste pas moins efficace. Elle a un effet antispasmodique (mot à utiliser durant votre prochaine partie de Scrabble), anti-inflammatoire et calmant : rien que ça… Elle saura apaiser votre corps et votre esprit puisqu’elle agit sur votre système nerveux central. On la dilue (comme les autres) avec une huile végétale et on se masse le ventre. Après ça, exit les spasmes et on dit “bonjour” à la détente.

L’huile essentielle de clou de girofle

Avec celle-là, on soulage les douleurs et chez certaines ça peut même stopper les saignements excessifs et raccourcir la durée de vos règles. En plus, ça sent Noël !

L’huile essentielle de menthe poivrée

C’est parfait pour soulager les inflammations et stimuler votre énergie. De quoi soulager vos spasmes et vous donner un coup de boost pour sortir du lit. Un petit mal de tête, des nausées ? La menthe poivrée est là pour vous (<3).

Vous en trouverez bien d’autres pour soulager vos douleurs menstruelles : huile essentielle d’anis, de camomille romaine, lavande ou encore au basilic tropical. Certains mélanges, on appelle ça une synergie, ont aussi des bénéfices particuliers. Rapprochez-vous de votre médecin, pharmacien ou autre spécialiste formé : ils sauront vous conseiller et vous informer sur les dosages à respecter. 

Quelques précautions à prendre

Elles vous soulagent, vous re-boostent, vous calment : ce sont de véritables alliées contre les douleurs liées à votre cycle. Pourtant, même avec l’aromathérapie il y a des précautions à prendre. Parce qu’on est pas toutes expertes en la matière, on vous donne quelques conseils :

  • On se lave bien les mains après avoir utilisé des huiles essentielles. Oui, ça sent bon, mais on n’a pas envie d’avoir un goût d’ylang-ylang sur notre sandwich et encore moins de s’en mettre dans les yeux (aïe)
  • Même si ce n’est pas un médicament de synthèse, mais quelque chose de naturel et bio, on respecte les doses prescrites. Comme toutes substances actives, les huiles essentielles peuvent aussi avoir des effets secondaires !
  • Comme pour tous les produits qu’on applique sur sa peau, on le teste avant (derrière le coude, c’est parfait). Ça nous évitera de nous retrouver avec des plaques rouges partout. Ça ne prend qu’une dizaine de minutes pour voir s’il y a des effets secondaires. 
  • Beaucoup d’huiles essentielles ne sont faites que pour une application cutanée. Alors on n’avale pas le flacon, même pas une gorgée avant d’avoir demandé à son médecin. Les règles sont déjà douloureuses, on ne va pas y rajouter une intoxication. 
  • Il faut les diluer dans une huile végétale, ce sont des produits très concentrés. Quelques gouttes suffisent pour faire effet. 

L’aromathérapie, ça soulage, et c’est naturel. Mais, il faut quand même demander conseil à un professionnel sur leur utilisation. On n’oublie pas que ce n’est pas un médicament. Donc, en cas de plus gros problème, ou si vous avez l’impression qu’il se passe quelque chose d’inhabituel durant votre cycle, allez consulter un médecin. En plus, c’est l’occasion de parler avec lui des douleurs que vous avez durant votre cycle !