6 minutes de lecture

Les règles concernent la moitié de la population : 49,6 % ça fait beaucoup quand même, alors il n’y a aucun tabou à avoir. C’est naturel, normal, humain, logique quoi ! Pendant cette période , les femmes sont toutes touchées différemment. Pour certaines, compliqué de sortir de leur lit, elles doivent décaler parfois leurs rendez-vous importants (est-ce normal ? NO)… et d’autres ne ressentent presque rien.

Alors, pour toutes celles qui calculent déjà le nombre de doliprane qu’elles peuvent prendre en une journée (la réponse est 3 comprimés de 1 000 mg ou 6 comprimés de 500 mg pour une journée), on vous partage les remèdes de grands mères pour les règles douloureuses !

Quels sont les symptômes des règles douloureuses ?

Quelques jours avant d’avoir nos règles (si attendues of course), on commence déjà à avoir quelques symptômes de règles pour notre plus grand plaisir (c’est faux, archi faux). C’est ce qu’on appelle communément le syndrome prémenstruel (aka SPM). Acné, fatigue, maux de tête… ce qui nous donne (légèrement) envie de tuer une ou deux personnes sur notre chemin. En plus, bien souvent, on les cumule ces symptômes… (ça vous parle le joli bouton sur le menton ?) 

Après ce SPM, les règles nous apportent elles aussi leur lot de symptômes (quand il n’y en a plus, il y en a encore !). Parmi elles, des contractions utérines, aussi appelées dysménorrhées. Il y en existe deux types : les dysménorrhées primaires et secondaires. Les dysménorrhées primaires apparaissent dès les premières règles, et ce sont des douleurs menstruelles qui s’estompent avec le temps (oufff). Les dysménorrhées secondaires, quant à elles, on les retrouve après la puberté (et on s’en passerait bien). Ces contractions sont causées par la concentration de prostaglandine, une hormone produite pour contracter votre utérus, permettant ainsi d’éliminer une partie de l’endomètre.

Souvent, il y a d’autres symptômes qui s’ajoutent, comme des crampes dans les membres inférieurs, des maux de tête, des diarrhées, des nausées ou encore des vomissements (joie et bonheur quoi). Et il ne faut pas oublier les envies soudaines de chocolat, ballonnements et la fatigue ! Bon, les remèdes qu’on vous propose ne vous empêcheront pas de manger toute la tablette si vous en ressentez l’envie, mais au moins ça vous aidera pour le reste ! 

Et si je souffrais d’endométriose ?

Cette maladie touche 1 femme sur 10, et on trouve qu’on en parle encore pas assez… Petit récap’ pour comprendre ce qu’est l’endométriose. 

Pendant votre cycle menstruel, votre endomètre (le tissu qui recouvre l’intérieur de votre utérus) s’épaissit. Au moment de vos règles, cet endomètre est évacué quasi-entièrement sous forme de saignements et caillots de sang. Pour être (ultra) précise, il reste quand même ⅓ de cet endomètre, qui sert à former le nouvel endomètre. Ce qui va changer chez les femmes atteintes d’endométriose, c’est que ces petites cellules vont se déplacer en dehors de votre vagin en passant par les trompes. Un véritable périple… qui ne devrait pas se faire ! On peut en retrouver jusqu’au niveau du système urinaire et de l’appareil génital. Autant vous dire que ce n’est pas DU TOUT leur place. 

Bon, il y a très peu d’études sur le sujet, et elles ont commencé tard. MAIS au moins des progrès ont été faits dans le domaine de la santé (et ça on dit oui !). Il existe désormais des traitements pour soulager un peu les symptômes liés à l’endométriose (oufff).

. Même si, pour l’instant on n’a pas encore trouvé LA solution pour soigner la maladie. Mais la recherche avance, alors on croise les doigts ! 🤞 Un des principaux symptômes de cette maladie, c’est la douleur. En gros, si vous avez des règles très douloureuses, et que ça ne passe pas avec un peu de paracétamol : on prend rendez-vous chez son généraliste ou son gynécologue ! En attendant, on ne s’alarme pas, seul le médecin peut poser un diagnostic (Google ça compte pas). 

Quels sont les remèdes de grand-mère pour soulager les règles douloureuses ?

Vous pouvez en parler à votre soeur, votre pote ou votre cousine : elles auront peut-être des astuces à vous partager pour soulager vos règles. En attendant, on vous partage une petite liste d’astuces de grand-mère, à utiliser lorsque vos règles vous font souffrir ! Et attention, on ne parlera pas de paracétamol ou de médicaments, mais bien de remèdes bio comme les plantes qui peuvent soulager les règles douloureuses. Nos astuces sont surtout faites pour des douleurs légères, elles ne soulagent malheureusement pas des douleurs plus importantes comme celles liées à l’endométriose 😢. Mais, elles vous seront d’une grande aide pour beaucoup de symptômes liées au SPM et aux règles. Soyez également à l’écoute de votre corps. Besoin d’un peu de repos ? Envie de vous détendre ? Essayez de prendre du temps pour vous et votre santé !

La chaleur pour détendre vos muscles utérins

  • La bouillotte. C’est THE must have (notre BFF même) : quand vous avez mal au ventre, au dos et quand on a un peu la flemme aussi. Se mettre sous un plaid avec une petite bouillotte, on adore. Encore plus quand on sait que la chaleur détend vos muscles. Et quand on détend les muscles de son utérus, on soulage les crampes (magie). 
  • Le baume du tigre. Comme la bouillotte, le baume du tigre va décontracter vos muscles. Ce remède venu d’Asie sert à soulager pas mal de choses en fait : les courbatures, crampes, maux de tête, et même les piqûres d’insectes (vous allez être incollable sur les remèdes naturels). Les douleurs musculaires ne lui résistent pas, c’est donc parfait pour vos dysménorrhées.

Utiliser la phytothérapie pour soulager les règles douloureuses

La phytothérapie et l’aromathérapie, en bref, l’utilisation des plantes médicinales, font partie des méthodes douces bénéfiques en de nombreuses situations. Elles ont beaucoup de bienfaits pour soulager les règles douloureuses, et pour plein d’autres choses d’ailleurs ! Soulager des douleurs ? Il y a une plante pour ça. Retrouver de l’énergie et être moins fatiguée ? Il y a aussi une plante pour ça. En gros, il existe des plantes pour à peu près tout (la nature est bien faite) ! Découvrez ce qu’on peut faire avec toutes ces plantes et dites “hello” à la phytothérapie. 

  • Les huiles essentielles. Toujours diluées (on oublie pas), vous pouvez utiliser les huiles essentielles de diverses manières. Un massage sera, par exemple, plus efficace avec de l’huile essentielle diluée dans de l’huile végétale. En plus, ça hydrate et ça détend. Un bain chaud, des bougies (loin de ce qui peut prendre feu svp), un peu de musique et quelques gouttes d’huile essentielle : une ambiance cosy pour se dé-ten-dre. 
  • L’infusion. L’achillée millefeuille, la camomille allemande, le gingembre : on peut faire des infusions avec pleins de plantes qui auront des vertus différentes. On peut soulager quasiment tous les symptômes des règles douloureuses (et ça on aime <3).

Big up tout particulier à l’infusion de framboisier qui est un très bon antispasmodique. La recette ? Laisser infuser 2 cuillères à café de feuilles de framboisier dans une tasse d’eau bouillante pendant 10 minutes environ. Cette plante, utilisée depuis des centaines d’années par les Amérindiens, ne sent pas du tout la framboise contrairement à ce qu’indique son nom. Ça sent plutôt le thé noir à vrai dire. 

Votre grand-mère vous a-t-elle déjà conseillé ces remèdes pour vos règles douloureuses ? 

  • Le yoga. Le yoga comporte plein de postures et d’exercices de respiration pour libérer ses chakras. Pour apaiser les crampes (et l’esprit), rien de mieux que la posture du chien tête en bas ou celle du chameau. Pour la posture du chien tête en bas : mettez-vous à 4 pattes et décollez les genoux du sol quand vous expirez. Si tout va bien, vous vous retrouvez les pieds et les mains par terre, et le bassin vers le haut et vers l’arrière (sinon c’est qu’il y a un problème, oups). La posture du chameaux consiste à s’agenouiller (en gardant bien les genoux écartés) et à se pencher en arrière pour essayer d’atteindre ses pieds (#souplesse). 
  • La sophrologie. Pour soulager ses règles avec la sophrologie, on va faire des exercices de relaxation basés sur l’alignement du corps et de l’esprit (en gros, on médite). Ça sert surtout à apprendre à mieux gérer ses émotions (et, pendant nos règles on en a un paquet !), et à apaiser les douleurs menstruelles.
  • L’acupuncture. Bon, ça consiste à se faire planter des aiguilles un peu partout dans le corps. On peut comprendre que ça ne donne pas trop envie, pourtant ça fait un bien fou ! On vous conseille de faire 2 ou 3 séances éparpillées sur l’ensemble de votre cycle pour vous soulager pendant vos règles (vous nous remercierez après). 
  • L’orgasme. Parce que oui, on peut faire l’amour pendant nos règles, ça porte même un nom : le period sex. Il n’y a rien de tabou ou de sale là-dedans. Question de choix et d’envie ! C’est naturel ! Alors, si votre partenaire, et vous, êtes partants : foncez ! Avoir un orgasme avec son partenaire ou grâce à la masturbation libère des hormones, notamment l’endorphine, qui apportent une sensation de bien-être et soulage les douleurs – vous savez ce qu’il vous reste à faire. 😉.

Pour soulager les douleurs menstruelles, le mot d’ordre est de se détendre ! Contrairement à ce qu’on pense, on évite de se mettre dans la position du foetus, qui ne soulage pas la douleur, mais l’augmente (oupsi). Même si vous n’avez pas recours à la prise de médicaments, et que vous vous tournez vers les vertus des remèdes doux, il faut en parler à un spécialiste. Avant d’utiliser l’électrostimulation, l’homéopathie, la phytothérapie (beaucoup de mots compliqués on vous l’accorde) ou l’utilisation d’huiles essentielles, rapprochez-vous d’un professionnel de santé. Et si vos douleurs ne passent pas, un rendez-vous chez son médecin vaut mieux que de tourner en rond !