6 minutes de lecture

Un peu moins bien connu que la pilule, le stérilet est un contraceptif pourtant plébiscité par de nombreuses femmes. En tête sur la liste des arguments de celles qui le choisissent : une contraception confortable, et qui sait se faire oublier dans la mesure où la pose se fait tous les 3 ans à 10 ans  – selon les modèles – et ne nécessite la plupart du temps aucun suivi médical particulier. 

Néanmoins les stérilets contraceptifs ne sont pas forcément adaptés à tout le monde : vos règles, votre flux, et vos douleurs, on le verra, sont des données importantes à prendre en compte au moment de votre choix. Pour y voir plus clair et mieux vous repérer, Gina vous propose un petit guide sur les règles et les stérilets : comment ça marche, lequel choisir, et quelles protections périodiques utiliser ? Demandez le programme ! 

Le stérilet, qu’est-ce que c’est ? C’est pour qui ?

Le stérilet expliqué par Laura Berlingo @lauraberlingo

Comme la pilule, le stérilet est un moyen de contraception prescriptible par votre médecin ou votre gynécologue. Contrairement à cette dernière, il ne nécessite pas de discipline particulière (= pas d’alarme tous les jours à 19H30). Il demande simplement à être posé (en même pas cinq minutes) chez un·e professionnel·le de santé. 

Démontage de l’idée reçue la plus courante : le stérilet ne rend pas… stérile (son nom est très mal choisi). Il n’a aucun impact sur la fertilité des personnes et peut se porter à n’importe quel moment de la vie (à condition d’avoir eu un premier rapport sexuel). 
Sous-titre : que vous ayez eu des enfants ou pas n’a aucune importance, quoiqu’en disent certain·es gynécos “vieille école”. Si votre médecin refuse de vous prescrire ou de vous poser un stérilet pour cette raison, on ne voit qu’une seule option pour vous : changer de médecin.

Quelle est la différence entre les deux types de stérilets contraceptifs ?

Ce qu’il faut comprendre pour commencer, c’est qu’il n’y a pas qu’un seul type de stérilet. On parle de “stérilet contraceptif” pour désigner ce type de contraception au sens large. Il faut pour autant bien distinguer les deux stérilets différents qui sont proposés aujourd’hui sur le marché : 

  • le premier est un stérilet hormonal, autrement appelé Système Intra-Utérin (SIU).
  • le second est un stérilet au cuivre, qui est une contraception non-hormonale, et qu’on appelle aussi Dispositif Intra-Utérin (DIU). 

Ce qui veut dire, en gros : 

  • Que le stérilet hormonal agit directement sur le fonctionnement de votre cycle menstruel grâce à la diffusion d’un progestatif (le lévonorgestrel) qui agit localement sur l’utérus. 
  • Que le stérilet au cuivre n’implique donc pas de changement dans le déroulement de votre cycle menstruel mais peut avoir un véritable impact sur la manière dont vous vivez vos règles. 

Les deux, dans tous les cas sont tout aussi efficaces : une étude réalisée par l’Organisation Mondiale de la Santé en 2015 révélait même qu’ils présentaient un taux de fiabilité bien supérieur à celui de la pilule.

Le stérilet hormonal (ou SIU) : ses côtés positifs et négatifs

Comment ça marche ? le SIU est un contraceptif hormonal qui fonctionne grâce à l’action d’un progestatif. Un petit réservoir placé autour de la tige diffuse en continu le progestatif qui épaissit la glaire cervicale, compliquant ainsi l’accès à l’utérus pour les spermatozoïdes. Son effet vient aussi affiner l’endomètre, pour rendre l’utérus moins favorable à la nidation (#pratique). 

À quoi ça ressemble ? Le stérilet hormonal fait en moyenne 3 centimètres et à la forme d’un T (comme Tranquille). Un peu comme un tampon (mais en plus petit), il se termine par un fil en nylon doux qui permet au médecin de checker qu’il est bien en place ou de le retirer le moment venu

Côtés positifs : le stérilet hormonal (SIU) ne contient pas d’oestrogènes contrairement à d’autres moyens contraception. Il peut donc être conseillé aux personnes qui ne peuvent pas utiliser de contraceptifs combinés (comme certaines pilules, ou le patch par exemple). Autre (méga) avantage pour certaines : des règles beaucoup moins abondantes voire carrément absentes au bout de 5 mois pour 1 femme sur 5 (!). Il peut donc être recommandé pour les femmes atteintes d’endométriose. Ah et on oubliait : vous pouvez le retirer n’importe quand, et le garder pendant 3 à 5 ans.  

Côtés négatifs : comme tous les moyens de contraception hormonaux, des effets secondaires peuvent malheureusement survenir (#médicament). Parmi les plus fréquents, des saignements ou règles irrégulières durant les premiers mois suivant la pose du contraceptif. On note aussi les (trop) bien connus maux de tête, nausées, poussées d’acné ou éventuelles sautes d’humeur qui ont fait beaucoup parler d’eux sur Internet en 2017. Depuis, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament à mis à dispo des documents qu’on peut consulter sur les différents modèles de stérilets hormonaux et leurs effets. À inspecter par ici. 

Le stérilet au cuivre ou DIU : ses côtés positifs et négatifs

Comment ça marche ? C’est le cuivre présent dans le DIU qui a une action spermicide. Il agit directement sur les spermatozoïdes en réduisant leur mobilité et leur viabilité dans l’utérus pour mieux les empêcher de rejoindre l’ovule fécondable. Son effet provoque également une inflammation de la muqueuse utérine (l’endomètre) qui vient empêcher la nidation.

À quoi ça ressemble ? Le stérilet au cuivre (DIU) fait en moyenne 3 centimètres et à (lui aussi) la forme d’un T (comme Tout va bien). Un peu comme un tampon (mais en plus petit), il se termine par un fil en nylon doux qui permet au médecin de checker qu’il est bien en place ou de le retirer le moment venu. 

Côtés positifs : le stérilet au cuivre est à ce jour la seule contraception sans hormones de son genre – les autres contraceptifs dits “mécaniques” étant les préservatifs (masculins ou féminins) ou le diaphragme. Bien sûr, vous pouvez le retirer n’importe quand, et surtout : le garder pendant 4 à 10 ans (!)

Côtés négatifs : on l’a vu : l’action du cuivre provoque une inflammation de l’endomètre pour empêcher le processus de nidation. C’est la raison pour laquelle on ne recommande pas ce moyen de contraception aux personnes qui ont des règles abondantes / très douloureuses / qui souffrent d’endométriose. Le stérilet au cuivre a en effet tendance à développer les douleurs et les saignements (de type hémorragiques) particulièrement durant les premiers mois suivant la pose. À prendre en compte au moment de votre décision. À part ça, évidemment votre cycle se déroule donc comme prévu, pour le meilleur et pour le pire : le Syndrome Prémenstruel, par exemple, ne faisant pas exception. 


regles-sterilet
@allthings.period

Quelles précautions prendre avec mon stérilet contraceptif ?

Est-ce que la pose est douloureuse ?

Il n’y a pas d’anesthésie dans les deux cas, et la pose se fait en seulement quelques minutes. La plupart du temps, c’est parfaitement indolore, mais certaines femmes ressentent parfois des contractions utérines dans les heures qui suivent

Si vous êtes stressée, ou que vous préférez prévenir que guérir, on vous recommande de prendre un antalgique avant votre rendez-vous. Et, une fois sur place, d’en parler à votre praticien·ne pour qu’il·elle puisse mieux vous accompagner. 

Est-ce que mon stérilet va me gêner pendant mes rapports sexuels ?

Il peut arriver que le fil en nylon attaché à la tige du stérilet soit trop long et que votre partenaire le ressente pendant les rapports sexuels. Pas de panique : il suffit de prendre rendez-vous avec votre médecin qui pourra raccourcir légèrement le fil à votre convenance !

Est-ce que je peux mettre des tampons avec mon stérilet ?

Vous pouvez évidemment utiliser des tampons ou une coupe menstruelle si vous portez un stérilet, il n’y a aucun problème ou risque. 

Utilisez autant que faire se peut des protections périodiques naturelles et non-invasives pour votre corps. Les tampons bio avec applicateur ou tampons bio sans applicateur (plus sains pour votre vagin et votre microbiote vaginal) et les serviettes hygiéniques bio (plus saines pour votre vulve et votre flore – bis) sont (très) chaleureusement recommandées

Pour tout comprendre sur la différence entre un tampon biologique et un tampon classique, vous pouvez (re)lire notre super-article sur le sujet

Stérilet et règles abondantes : quelles protections périodiques choisir ? 

Pour bien répondre à cette question, la meilleure des recettes reste encore de bien connaître vos règles, votre flux, et son abondance. De quoi mieux déterminer vos besoins en protections périodiques. Sachant qu’il faudra évidemment “aménager”… en fonction de l’impact du stérilet sur vos règles. Quelques pistes : 

  • Si vos règles sont très abondantes suite à la pose d’un stérilet au cuivre, n’hésitez pas à coupler vos protections hygiéniques pour éviter les fuites. De jour, on fait matcher les tampons et serviettes pour flux moyens à abondants. De nuit, une serviette pour flux abondants suffit. Comme d’habitude, on veille à bien changer son tampon toutes les 4 heures (grand maximum, donc on n’en porte pas la nuit) pour se mettre à l’abri du Syndrome du Choc Toxique
  • Dans tous les cas, il n’y a pas de recette miracle pour bien vivre ses règles ! Mais si vous avez envie d’aller plus loin, vous pouvez toujours checker notre do or don’t spécial règles… garanti 100% bonnes ondes !