7 minutes de lecture

Les pertes vaginales sont le lot quotidien de vraiment toutes les femmes, et de beaucoup de culottes… En fonction du cycle menstruel, de votre excitation ou en cas d’infection, la texture, couleur et quantité peut changer.  Et c’est normal !

Témoin silencieux (et visqueux !) de la bonne santé de votre vagin, les pertes vaginales se déclinent en une multitude de couleurs qui peut parfois inquiéter, notamment lorsque l’on a ses premières règles. Car oui on l’avoue : nous avons toutes paniqué au moins une fois à la vue de pertes marron, nous demandant si c’était grave ou dangereux. Mais rassurez-vous : les pertes vaginales marron ne sont pas toutes le signe d’une infection ou d’une mycose ! #oufff !

Et même si l’aspect n’est pas forcément toujours appétissant : “Ce n’est pas sale, c’est ton corps qui change ” ! Donc no panic !   

Les pertes marron sont-elles normales ? Comment savoir si elles ne sont pas le symptôme d’une infection ? Pourquoi mes pertes sont-elles marron après mes règles ? J’ai des pertes brunes avec des douleurs et de la fièvre, que faire ? On vous donne des réponses à vos questions : ne perdons pas de temps !

Une perte vaginale, c’est quoi ?

La nature est plutôt bien faite (spoiler alert : on n’a pas dit qu’elle était juste !). Si vous devez nettoyer votre petit chez-vous toutes les semaines, votre fort intérieur, lui, n’a pas besoin d’être nettoyé de fond en comble.

Le vagin s’autonettoie tout seul comme un grand (trop fort).

Les pertes vaginales ou pertes blanches (btw : elles ne portent pas toujours bien leur nom !) sont des sécrétions produites par le vagin, notamment lorsqu’il fait son autonettoyage. Les sécrétions produites par le vagin et ses muqueuses sont remplies de bactéries qui garantissent la bonne santé de notre vagin en le protégeant des infections. Ces bonnes bactéries, les lactobacilles, constituent ce que l’on appelle la flore vaginale.

Elles maintiennent le bon pH (unité de mesure de l’acidité) de votre vagin. Le pH varie tout au long de la vie des femmes. Ces sécrétions assurent le bon maintien de la flore vaginale, sa lubrification et son hydratation (tout ça à la fois, eh oui). Les gynécologues mettent depuis des années en garde de nombreuses femmes au sujet de la douche vaginale (s’injecter de l’eau ou du savon liquide directement dans le vagin) qui fragilise la flore.

Donc on dit non à cette pratique ! On le répète : on ne met pas de produit nettoyant dans son vagin. Il se nettoie tout seul comme un grand ! Des pertes blanches régulières et inodores sont donc le signe d’un vagin en bonne santé ! 

Quels sont les types de pertes vaginales ? 

Il existe plusieurs types de pertes vaginales normales qui surviennent à différents moments de votre cycle. Qu’elles soient le signe d’une ovulation prochaine, que tout roule pour votre vagin côté pH, ou que la soirée s’annonce hot (#yummy), voici les principales pertes que vous allez rencontrées dans votre vie :

  • les pertes blanches. D’aspect plutôt visqueux, elles sont en général incolores. De la puberté jusqu’à la ménopause, les pertes blanches contribuent au quotidien à l’autonettoyage de votre vagin. Et on les remarque dans notre culotte ! 

  • la glaire cervicale. Dès la puberté, elles sont produites par des glandes situées au fond du vagin, juste au niveau de l’entrée du col de l’utérus. Son aspect vient aussi signaler votre période d’ovulation ou de fertilité. Inodore, la glaire cervicale peut être crémeuse, transparente comme du blanc d’œuf lors de la période d’ovulation. 

  • la cyprine. Lors de l’excitation sexuelle, notre corps produit un lubrifiant naturel : la cyprine ! Elle sert à lubrifier l’intérieur du vagin pour faciliter la pénétration lors des rapports sexuels. La cyprine, c’est un peu notre meilleure copine, celle qui nous rend la vie plus douce <3 Aussi, pendant l’excitation, la lubrification est assurée par les glandes de Bartholin. Pour rester dans le thème du plaisir, comme les hommes, les femmes peuvent aussi éjaculer en cas de nirvana. Le liquide expulsé via l’urètre (ce n’est absolument pas de l’urine !) est quant à lui produit par les glandes de Skene, situées de chaque côté de l’orifice urétral. 

  • … et puis les pertes moins normales, en général synonymes d’une infection, mycose ou autre joyeuseté, dont on vous parle dans quelques instants !

Toutes ces pertes sont naturelles, mais vous avez le droit de protéger vos culottes si vous le souhaitez. C’est souvent plus confort ! Optez dans ce cas pour des protège-slips #biocestmieux, sans produits chimiques ni perturbateurs endocriniens, afin de ne pas irriter votre vulve.

Marron, opaque, translucide… pourquoi les pertes vaginales changent-elles ?

On tient le grand coupable : votre cycle menstruel ! Chez les femmes et jeunes filles, la variation du taux d’œstrogènes influence l’apparence, la texture et la quantité de vos pertes vaginales. Intéressant, non ? À certains moments de votre cycle, il est donc tout à fait normal de constater un changement. Par exemple, vos pertes vaginales sont plus fluides et transparentes lors de l’ovulation pour ensuite s’épaissir et s’opacifier.

Votre moyen de contraception et votre mode de vie (alimentation, traitement médicaux, hygiène intime etc.) jouent également un (grand) rôle sur vos pertes et leur aspect. Ça semble logique, non ?

Mieux comprendre les pertes marron normales

Avoir des pertes marron est tout à fait normal ! On le répète : ce n’est absolument pas sale ! Et comme vous allez en avoir toute votre vie : autant apprendre à vivre avec elles dès maintenant non ? Et puis ça épargnera la vie de certaines de nos culottes ! On ne va pas se mentir !

Les pertes marron, bon sang mais c’est quoi ? Il s’agit en fait d’un simple écoulement du vieux sang. Le sang s’oxyde pour prendre cette délicieuse (bof) couleur maronnasse qu’on connait bien. Il se mélange ensuite à la glaire cervicale pour être évacué et atterrir dans le fond de votre culotte (#RIP votre plus belle culotte blanche).

Quand apparaissent les pertes marron ?

Généralement, les pertes marron peuvent survenir avant ou après les règles. Pendant les règles, l’endomètre est expulsé, ce qui provoque un saignement : les règles. Les premiers jours, les saignements sont rouges voire parfois noirs, dans le cas de certains caillots de sang tombés fièrement au champ de bataille. Vous expulsez le vieux sang quelques jours plus tard. Il aura eu le temps de s’oxyder et donc : say hello to les pertes marron !

Pertes marron chez la femme enceinte

Pendant la grossesse, les hormones s’en donnent à cœur joie. Pendant les trois premiers mois, la nidation (l’œuf se niche dans la paroi utérine) peut provoquer des petits saignements et donc des pertes marron. Même si ces saignements sont en général bénins chez la femme enceinte, il est préférable d’en parler avec son médecin gynécologue afin d’écarter un potentiel risque pour le bébé et la mère. On n’est jamais trop prudente !

Pertes marron anormales : quand faut-il s’inquiéter ?

Les pertes marron normales sont inodores. Malodorantes, elles peuvent s’accompagner d’autres symptômes comme une douleur pelvienne ou pendant les rapports, démangeaisons, fièvre, nausées… C’est en général le signe d’une infection, d’un déséquilibre de la flore ou d’une mycose vaginale. Donc quand ça sent clairement pas comme d’habitude  (ou la poissonnerie !), on ne prend pas de risque, et on va rapidement consulter son gynécologue ou médecin généraliste. 

Les causes et symptômes peuvent être multiples. Afin de trouver le traitement adapté, vous devrez sans doute passer un test et un prélèvement vaginal afin de déterminer l’origine de ces pertes marron anormales. Ça arrive à beaucoup de femmes ! Mal traitées, ces infections peuvent avoir des conséquences plus graves, toucher d’autres parties de votre corps, voire même dans les cas graves, provoquer l’infertilité. Mais rassurez-vous : ça, c’est vraiment dans les cas les plus graves !

Quelques causes et symptômes des pertes marron anormales

Voici quelques causes qui peuvent provoquer des pertes marron anormales qui nécessitent de consulter  :

Les mycoses vaginales, ou l’autre nom de l’enfer

Les mycoses vaginales sont causées par des bactéries qui déséquilibrent la flore vaginale. En général bénignes, elles causent des démangeaisons ou des brûlures, des pertes laiteuses et épaisses. Vous le sentirez direct. Croyez-en notre expérience. Dans certains cas, elles peuvent être légèrement rosées ou marron. La mycose la plus fréquente est due à un champignon qui s’appelle candida albicans. Un nom d’ingrédient tout droit sorti d’une potion magique qu’on préférerait quand même éviter.

Côté traitement, votre médecin ou gynécologue pourra vous prescrire des crèmes antifongiques, des capsules vaginales voire des antibiotiques. Pas de panique, dans une très grande majorité des cas, la mycose trépasse facilement. #oufff

Les causes sont multiples (hormone, trop ou pas assez d’hygiène, vêtements trop serrés etc.). Rassurez-vous : on est toutes passées par là, donc pas de honte à avoir. En effet, 75 % des femmes auront une mycose vaginale au cours de leur vie #jamaisseule ! Alors n’hésitez pas à en parler avec votre sœur, votre pote ou votre mère si ça vous angoisse.

La vaginose : “ça sent bizarre cette histoire !”

Force est de constater que si vos pertes ont la douce odeur de votre poissonnerie, il s’agirait bien d’une vaginose ! En général, les pertes tirent davantage vers le jaune ou le vert, et s’accompagnent de douleurs et de démangeaisons. Il existe plusieurs traitements pour cette infection de type bactérienne (ovule, probiotiques pour rétablir la flore vaginale etc.). Encore une fois : on consulte afin de trouver la solution la plus adaptée ! La douleur va passer, et tout ira pour le mieux. L’important est d’en parler !

Des pertes marron qui n’en finissent pas #LeTempsEstLong

Les pertes marron peuvent aussi apparaître si vous n’utilisez pas bien votre contraceptif hormonal (oubli, décalage de pilule par exemple), ou pour vous signifier que votre moyen de contraception ne vous convient pas. #onécoutenotrecorps !

Si elles persistent dans la durée, prenez rendez-vous chez votre gynécologue. Vous pouvez vous faire prescrire chez votre généraliste, ou une sage-femme, votre moyen contraceptif. Ces deux praticiens de la santé peuvent aussi effectuer différents types d’examens (frottis, palpation mammaire, questions de contraception…). Néanmoins, il est recommandé de consulter un(e) gynécologue pour un suivi et examen approfondi. En temps normal, l’association IMAGYN (Imagyn Initiative des Malades Atteintes de cancers Gynécologiques) recommande une visite annuelle chez son gynécologue (campagne menée en 2018 aux côtés de nombreuses femmes comme Angèle ou Charlotte Abramow). 

Autres pathologies : kyste ovarien, fibrome utérin ou polype

Accompagné de douleurs, démangeaisons, fièvre, éruptions cutanées, les pertes marron peuvent aussi être le symptôme d’un problème plus grave comme le kyste ovarien, le fibrome utérin, un polype ou un cancer de l’endomètre. Donc on ne laisse pas traîner et on fait un examen gynécologique pour une réponse rapide et professionnelle ! On respire. Tout va bien se passer. Même si on fait tous ça (Don’t judge!), ne succombez pas à l’envie de consulter les forums sur Internet. Ils nous font vite (et vraiment) paniquer pour rien !