5 minutes de lecture

Le super-guide Gina x dynamo qui n’a pas peur de faire bouger les règles.

Gina, la marque de protections périodiques anti-tabou et dynamo, aka la (super-)révolution de l’indoor-cycling s’associent pour vous filer le guide qui n’a pas peur de faire bouger les règles. Par le sport, les bonnes idées et les bons conseils. Bref : pour toute la vie et dans tous les sens du terme. 

1 tabou, 2 tabous, 3 tabous… bon, on commence par où ? 

#1 : Les règles et le sport : c’est quoi le problème ? 

En tête de proue sur les tabous liés aux règles on appelle : les règles chez les sportives. Parce que le monde sportif est, encore aujourd’hui en France, majoritairement masculin, il est difficile pour les femmes sportives de se créer un véritable espace où une discussion ouverte sur ces sujets soit possible. Sans tabous, sans sexisme. Sans réflexion type : “comment compter sur des meufs qui ont leurs règles toutes les 4 semaines ? “ (on a dit non). 

Symptomatique du “problème” ? À peine. C’est la raison pour laquelle le journal L’Équipe titrait, déjà en 2017 “Les règles : les championnes et athlètes brisent le dernier tabou du sport”. 

Cynthia, coach chez dynamo, le ressent d’ailleurs tous les jours dans sa pratique du sport : “on parle de la danse comme d’un “truc de meufs”, on me dit que ça n’est pas du sport” soupire-t-elle. Parce que oui : en France comme ailleurs, il y a un certain nombre de carcans et de préjugés à faire sauter avant de pouvoir parler femmes et sports. Alors femme, règles ET sport ? Visez un peu l’étendue du sujet

sport-règles-femmes-cycle
Cynthia coach chez dynamo

#2 : Comment pratiquer une activité physique ou sportive pendant ses règles ? 

Il y a bien deux ou trois trucs “de base” que vous pouvez faire au-delà du sport pour vivre vos menstruations et votre cycle menstruel au mieux. Mais la clé pour se sentir bien pendant la période des règles, c’est aussi d’apprendre à vivre en harmonie avec son cycle menstruel et sa santé pour pouvoir donner le meilleur de soi-même. Car “les règles ne sont pas une maladie ou un handicap” nous rappelle la coach dynamo. Il faudrait “en finir avec le tabou et ne pas avoir peur de dire à votre coach sportif : j’ai mes règles !”. 

Car en vrai, tout ce que vous pouvez faire pendant cette période de menstruations, (seule ou coachée) ce sont des ajustements. En somme : ne pas trop pousser, et ne pas forcer si vous ne le sentez pas – particulièrement si vos règles sont douloureuses

C’est d’ailleurs, nous explique la coach, la clé pour pratiquer une activité physique et/ou sportive pendant son cycle menstruel : de bien la choisir. Pour le plaisir, parce qu’elle vous fait du bien. Pour pouvoir mieux adapter votre entraînement ou votre pratique à votre niveau, vos envies, votre santé et vos besoins.

Il faut dire en plus qu’aujourd’hui en France les protections périodiques sont vraiment (vraiment) plus fines que celles de nos mères et grands-mères. Pour bosser chez dynamo, Cynthia “porte d’ailleurs sans problème des serviettes Gina sous son legging”. Elle recommande tout aussi bien d’utiliser des tampons biologiques (qu’il faut bien mettre pour ne pas être gênée), des coupes ou culottes menstruelles, ou encore des protèges-slips féminin en fin de cycle. En un mot : il suffit d’a-dap-ter

“Je n’ai aucun tabou avec le fait d’en parler à mes employeurs et d’adapter ma pratique en fonction.” renchérit Cynthia. “J’ai la chance de travailler dans un endroit où on peut briser les tabous liés aux sports et aux règles. Ça demande du courage mais ça compte !”. 

Bref, vous nous comprenez bien : ce que vous avez à prouver ? Rien.

cycle-règles- femmes-sport
Cynthia coach chez dynamo

#3 : Thérapie par le sport : comment mieux gérer son Syndrome Prémenstruel ?

Parce que parfois (souvent) les règles sont impactantes avant même d’être vraiment là, Gina et dynamo vous recommandent aussi d’utiliser le sport et les effets d’un entraînement comme thérapie pour mieux gérer votre Syndrome Prémenstruel (aka SPM). Pour rappel, en France, ce syndrome qui touche environ 8 femmes sur 10, ne recense pas moins de 100 à 300 symptômes différents selon les études – allant des inconforts physiques les plus relous à des symptômes comme l’anxiété et la détresse psychologique dans le pire des cas. 

Pas de remède miracle mais quand même : pratiquer une activité physique ou sportive, c’est fabriquer la fameuse hormone du bonheur (la sacro-sainte endorphine), qui, non contente de vous faire du bien au moral et au corps, soulage aussi la douleur et les crampes. 

La recette est donc à inventer et vous êtes parfaitement libre. En version gratuite et rapide, la marche à pied est toujours aussi efficace. Vous pouvez aussi tenter plusieurs sports : le footing (sans forcer, on a dit), la natation (massage collatéral), le yoga, le fitness ou encore dynamo. 

Car pour Cynthia, avoir une activité sportive c’est aussi avoir “l’opportunité de sortir de son cocon, de ne pas être seule, de faire des choses en équipe si on en a envie, de partager, de se bouger à son rythme”… bref : une occasion magique et thérapeutique de se faire du bien, et de bouger les règles pour de vrai. 

#4 : Règles douloureuses + sport, ça marche ou pas ?

Bien évidemment, faire du sport pendant la phase des règles même pour les plus sportives, ça peut être parfois compliqué quand les règles provoquent une grosse douleur dans notre corps

“Depuis ma grossesse et avec les changements hormonaux, j’ai des règles ultra-douloureuses et très abondantes au niveau du sang – limite hémorragiques. Tu ne peux pas ne pas le prendre en compte dans ta pratique sportive – encore plus quand tu es coach sportif !” renchérit Cynthia. 

Qu’on souffre d’endométriose, du Syndrome des Ovaires Polykystiques, qu’on revienne de couches (#postpartum), qu’on porte un stérilet au cuivre ou qu’on utilise la pilule… les facteurs aggravants peuvent être nombreux pour les femmes et limiter largement la pratique physique pendant les menstruations (ou les saignements). 

Parce qu’évidemment, on ne va pas vous dire de vous taper un 18km si vous souffrez d’endométriose ou si avez des règles hémorragiques. Ce ne serait tout simplement pas bon pour votre santé. En revanche, ce qu’on peut vous recommander, c’est d’en parler à votre médecin ou à votre coach sportif pour qu’il·elle puisse vous proposer des solutions adaptées, comme une activité modérée ou à domicile par exemple. 

Selon la coach dynamo, “ce serait vraiment (vraiment) dommage de se priver des effets thérapeutiques que le sport peut avoir pour vous, particulièrement si vos règles vous font vivre un enfer”. Et même si ça n’est pas toujours facile de se bouger, ou de bouger tout court, ne vous culpabilisez pas. Imaginez des solutions sur-mesure pour vos règles, votre cycle menstruel, vos douleurs et pour pouvoir les vivre sereinement dans votre vie de femme.

Et pour une vraie mise en jambe et de vraies infos pratiques, on vous propose de retrouver les teams Gina et dynamopour un événement IRL le dimanche 15/03. Au programme : un pitch sur le cycle et les règles dont seule Gina a le secret, et un petit guide sur le sport et les règles proposé par la coach Cynthia herself

femmes-cycle-sport-règles
Cynthia coach chez dynamo